Bilan Annuel Des Actes Anti Musulmans

zekri05bd

Version PDF : bilan-actes-antimusulmans-annee-2015

BILAN DES ACTES ANTIMUSULMANS

Du 1er Janvier au 31 Décembre 2015

ACTIONS – MENACE et CYBER HAINE

AUGMENTATION de 223 % DES ACTES

CHIFFRES :

Pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2015, il a été enregistré 429 actes antimusulmans, contre 133 pour l’année 2014, soit 223 % d’augmentation.

· 124 actions contre 55 pour l’année 2014, soit 125 % d’augmentation,

· 305 menaces contre 78 pour l’année 2014, soit 291 % d’augmentation.

C’est la première fois depuis la mise en place en Juin 2011 de l’Observatoire National contre l’Islamophobie, après la signature d’une convention cadre entre le Ministère de l’Intérieur et le C.F.C.M, pour un suivi régulier des actes antimusulmans, que les chiffres des actes islamophobes ont atteint un tel sommet.

L’Observatoire National contre l’islamophobie ne peut que constater et déplorer cette progression constante et inquiétante des actes antimusulmans.

Cette progression des actes antimusulmans a été constatée depuis Janvier 2015, suite aux évènements tragiques et dramatiques qu’a connus notre pays lorsqu’on a atteint le pire avec 1 171 % d’augmentation par rapport à Janvier 2014. Après une légère accalmie en Août et Septembre 2015, les actes ont repris leur progression après les attentats dramatiques du 13 Novembre 2015.

Ce qui a changé également dans les actes antimusulmans, c’est la violence avec laquelle ils sont commis.

Cette implosion des actes antimusulmans ne peut s’expliquer qu’en raison des actes terroristes dont il faut souligner, au passage, qu’au Bataclan, on a assassiné la jeunesse de France avec sa diversité : Français de confession musulmane, juive et chrétienne.

En tout état de cause, cela ne peut, en aucun cas, justifier ce sommet de haine ou de vengeance à l’égard des Français de confession musulmane qui ne sont ni responsables, ni coupables des actes terroristes qui ont endeuillé le pays, car ils ont été commis par des « criminels » qui se revendiquent, hélas, de l’Islam pour commettre de tels crimes.

Nous avons et continuons à condamner avec force ce terrorisme barbare et aveugle qui se proclame d’un projet religieux mais qui est en totale contradiction avec les valeurs de l’Islam.

LES DISCRIMINATIONS :

L’Observatoire National de lutte contre l’Islamophobie est saisi, en permanence, et cela depuis l’année dernière et cela s’est amplifié, par des Français de confession musulmane, de femmes et d’hommes victimes de discrimination d’origine institutionnelle (dans l’enseignement, la police, les collectivités locales, la SNCF, etc…).

C’est purement et simplement du racisme et le rejet d’hommes et de femmes qui aspirent à être respectés.

L’Islamophobie via la « cyber haine » augmente fortement.

En effet, la cyber haine, notamment les courriels en chaîne, est à l’origine d’une propagation de mensonges envers les musulmans et l’Islam. Il y a une forte inquiétude devant cette diffusion massive et invisible.

Ces courriels prônent la haine des musulmans, cette islamophobie vise la peur, la violence, les préjugés et la discrimination.

Devant ce fléau, il est demandé aux hommes politiques de ne plus se taire et de s’exprimer sur la question de l’islamophobie, à la presse de dénoncer cette haine de l’autre qui porte atteinte au « vivre ensemble » et aux responsables des autres religions plus de solidarité.

Ce phénomène ne peut être analysé ou traité hors du contexte global du racisme, de la discrimination, sous toutes ses formes et de l’antisémitisme, dans leurs expressions ancienne et nouvelle.

Pour toutes ces raisons et devant l’inquiétude grandissante de la communauté musulmane, l’islamophobie doit être combattue et dénoncée non seulement par les musulmans, mais aussi par la communauté nationale dans son ensemble, car il n’est plus possible d’entendre et d’accepter que des hommes politiques, pour chasser sur les terres d’extrême droite, disent que « l’islam est incompatible avec les valeurs de la République ».

Il est vrai que nous avons assisté avant les dernières élections à une hystérie généralisée d’une certaine classe politique qui considère que les maux de la France viennent des musulmans et de l’Islam.

Il n’existe pas de discrimination plus ou moins grave, car pour la victime, la discrimination est toujours synonyme de privation de dignité et d’humiliation inacceptable.

Le Président de l’Observatoire

National contre l’Islamophobie,

Secrétaire Général du CFCM,

Abdallah ZEKRI.